DÉROULEMENT

–   L E    J E U   –

 

Le monde ne marche que par malentendu. C’est par le malentendu que le monde s’accorde.

Car si, par malheur, on se comprenait, on ne pourrait plus jamais s’accorder.  –  Baudelaire

 

Sur une séance d’une heure et demie à deux heures

 

  • Le questionnement de la question 

On ne peut ignorer aujourd’hui comment se poser les questions.  – Bachelard

Le meneur de jeu pose la question plusieurs fois sous des angles d’attaque différents, sous des tons différents, dans des situations différentes.

Un prof de math disait toujours à ses élèves : « avant de répondre, il s’agit de bien lire le problème et de relire le problème, quitte à, encore une fois, le relire pour s’imprégner de la question avant d’émettre une quelconque réponse. »

Il donne à entendre la question de plusieurs façons, sur plusieurs tons, avec plusieurs intentions. A chaque fois, la question nous apparaît différente et nous donne à voir des aspects différents qui éclairera par la suite les réponses.

 

  • L’assassinat des stéréotypes et des préjugés 

Le devoir de la comédie, corriger les hommes et attaquer les vices. –  Molière

Avant de répondre à la question, il est bon de savoir son origine. Quels sont les stéréotypes qui la véhiculent ? Il faut purger l’esprit de ces éléments avant de le remplir d’idées nouvelles. Il s’agit ici de faire le tour de ces stéréotypes avant même de pouvoir apporter une réponse à la question. Le bretteur met à jour les stéréotypes et permet aux participants de s’y confronter.

Le meneur de jeu les inscrit sur un tableau pour bien les voir et les considérer.

 

  • L’émergence des alternatives 

Nous tentons de dire des possibles, des faisabilités, donc nous ouvrons des espaces de paroles et de discussions. Il va falloir changer de voie et essayer encore une fois. Personne n’a jamais dit que cela serait facile.  – Avita Ronell

Ces stéréotypes évoquent des situations avec des personnages. Le meneur de jeu en propose quelques unes. (Et si nous les rencontrions …) Les participants auront alors l’occasion de bretter avec lui, (de donner leurs avis, de bretter avec les autres, de jouer des personnages.

Le meneur de jeu sera toujours le maître du jeu et sera le garant des jeux pour ne point blesser quiconque.

 

  • La fin de la séance 

Tout a été dit sur tout mais comme personne n’écoutait, je me permets de reprendre. –  Gide

Si le meneur de jeu est accompagné d’une personnalité de la question, il co-anime la fin de la séance avec cette personnalité. Il s’agit de reprendre les paroles des participants et d’en tirer la substantifique moelle !

 

  • Si le meneur de jeu n’est pas accompagné : Il propose La criée des réponses 

A la fin de la séance, il s’agit de rassembler toutes les solutions qui ont été émises. Sorte de synthèse à chaud, les participants pourront continuer à jouer plus tard, dans d’autres lieux, dans d’autres circonstances.